Chant patriotique
en bouts rimés, en réponse au chant soi disant républicain des rebelles de l'Eure et du Calvados.
à tous les bons Français


air de : La Marseillaise


Français il n'est plus de Neustrie
Ainsi l'ont décidé nos loix ;
La France c'est l'unique patrie
Dont il faut écouter la voix, (bis)
Des Normands on vante la gloire
J'en vois mille traits renaissants
Leur loi fut d'envahir nos champs.
Nous asservir fut leur victoire.
Buzot et Barbaroux,
Voilà les vrais brigands,
Français, Français,
Exterminez
Ces restes de Normands.

Dans leur faction parricide,
Trente et quelques petits tyrans,
Pour suivre un projet homicide,
Vont rendre nos foyers sanglants ; (bis)
Bon peuple tu deviens rebelle
Pour ceux qui trahissent tes droits,
La justice a rendu ses loix,
Le factieux fuit devant elle.
Buzot et Barbaroux,
Voilà les vrais brigands,
Français, Français,
Exterminez
Ces restes de Normands.

Ont-ils montré cette énergie
Qui ne peut supporter les rois ?
Non, ils aiment la tyrannie,
Pour eux, vous subissez ses lois, (bis)
Qu'importe le fier Robespierre ?
Un homme ne fait pas l'Etat,
Qu'importent Danton et Marat ?
C'est le cri de la France entière.
Buzot et Barbaroux,
Voilà les vrais brigands,
Français, Français,
Exterminez
Ces restes de Normands.

Paris, ville toujours superbe,
Poursuis ces serpens odieux,
Qui fuyent en rampant sous l'herbe
Puis lèvent un front orgueilleux, (bis)
Tu t'arme ... La France respire,
La faction pâlit d'effroi,
Et sous le glaive de la Loi
L'affreux fédéralisme expire.
Buzot et Barbaroux,
Voilà les vrais brigands,
Français, Français,
Exterminez
Ces restes de Normands.

Console-toi Sainte Patrie,
Il te reste sept cents vengeurs,
Des tyrans et de l'anarchie,
Leurs Décrets vont être vainqueurs (bis)
Complices de maintes victimes,
Les factieux seront punis,
En vain nos cruels ennemis
Auront salarié nos crimes.
Buzot et Barbaroux,
Voilà les vrais brigands,
Français, Français,
Exterminez
Ces restes de Normands.

Français, Nation bonne et fière,
Levez-vous, marchez vers le Nord ;
Ecrivez sur votre bannière :
AUX FEDERALISTES LA MORT ! (bis)
Et toi, Caen, ville hospitalière,
Chasse ces faux Représentants,
Aux bons Français reconnaissants,
Cette action sera bien chère.
Buzot et Barbaroux,
Voilà les vrais brigands,
Français, Français,
Exterminez
Ces restes de Normands.

BHVP n° 963255

En 1790, les anciennes provinces sont supprimées et la France est divisée en départements. En 1792, c'est la révolte fédéraliste, les départements de Normandie, de Bretagne, de Franche Comté, d'Aquitaine et de Provence se soulèvent contre la volonté centralisatrice des Montagnards. C'est-à-dire qu'il ne veulent pas que Paris ait tout le pouvoir. Les fédéralistes ne sont pas contre la Révolution, ils veulent que chaque region conserve le pouvoir pour ce qui la concerne directement. Buzot et Barbaroux sont des meneurs de cette révolte.