Chanson nouvelle - La joie du Père Duchesne sur la suppression des barrières de Paris, l'abolition des droits d'entrée & le renvoi des commis.


air : la bonne aventure


Français réjouissez vous,
L'auguste assemblée
Vient de décréter pour nous
L'œuvre désirée ;
Tous les commis sont à bout,
Ils ne fouillent plus chez nous.
Vive l'assemblée, o gué,
Vive l'assemblée.

Barnave, aussi Mirabeau,
Ce sont de vrais pères,
Ah ! Que ce jour est beau
Dans notre hémisphère !
Nous serons plus satisfaits,
Plus de visites aux paquets.
Adieu les barrières, o gué,
Adieu les barrières.

Nous allons boire à gogo
Le vin et la bière
Et l'eau de vie à plein pot,
Provision entière ;
Les bœufs, les vaches et les veaux,
Le beurre et les escargots
Adieu les barrières, o gué,
Adieu les barrières.

Nous allons nous divertir,
Faire bonne chère,
Car pour le vin de Paris,
Ne satisfait guères,
Pour tous ces pauvres commis
Le fromage leur est acquis.
Adieu les barrières, o gué,
Adieu les barrières.

Nous pourrons aller chercher
Dessus les frontières
Pour le gain, l'utilité,
Ce qui est nécessaire,
Sans craindre de ces commis
L'insolence et le mépris.
Adieu les barrières, o gué,
Adieu les barrières.

Pour tous nos représentants
Ayons bien mémoire,
D'inspirer à nos enfants
De chanter leur gloire,
Bénissons tous leurs travaux
Nous n'aurons plus de bureaux :
Ah ! la bonne affaire ! o gué,
Ah ! la bonne affaire !

BHVP n° 9312 - Clé du caveau n° 302

Louis XIV avait créé l'octroi. C'est-à-dire qu'aux portes ds grandes villes il fallait payer un droit d'entrée pour les marchandises que l'on voulait vendre. La perception de l'octroi était faite par les fermiers-généraux. Ces derniers avançaient au roi le montant des impôts, puis ils le collectaient, en s'assurant bien sûr un confortable bénéfice. Les fermiers-généraux étaient détestés. Le plus connu est le savant Lavoisier, qui finit sur la guillotine.